ART

Drawing from life

Auteur : David Hockney

★★★


Vous souvenez-vous de vos cours d’arts plastiques de collège ? Ceux-là même que nous sommes tous contents d’avoir en arrivant en 6ème … et de quitter ensuite !

Pour ma part, je n’ai jamais aimé ces cours. J’ai toujours été nulle en dessin! Néanmoins, je retire une note positive de ces quatre années d’art : la découverte du Pop Art et avec elle, celle de David Hockney. Une révélation !

C’est simple, du peintre et photographe j’aime tout !J’aime :
– son histoire personnelle (homosexuel issu d’une famille modeste et méthodiste, Hockney a toujours bénéficié du soutient inconditionnel de ses parents)
– sa philosophie de vie (optimiste hédoniste)
– et ses œuvres aux couleurs vives et acidulées.

Comme beaucoup probablement, j’ai découvert l’artiste à travers ses célèbres piscines. Or, l’œuvre de l’homme ne se résume pas qu’a cela. Il y a ses joiners originaux, ses paysages van goghiens sublimes et ses portraits intimistes aussi.

Ce sont justement 150 de ses portraits qui faisaient l’objet d’une exposition à la National Portrait Gallery de Londres.
A défaut de pouvoir m’y rendre, j’ai acheté le livre de l’exposition. Un joli bijou d’art qui récence une partie du travail méconnu de David Hockney. Issues de collections privées pour la plupart, ces œuvres sont longtemps restées inédites.

Nous y retrouvons une série de portraits intimes de quatre des figures importantes de la vie de l’artiste. Celles avec lesquelles il a traversé les années. Il y a Laura, sa mère ; Celia, son amie ; Gregory, son amant et Maurice, son imprimeur. Une série d’autoportraits du peintre lui-même vient compléter l’ouvrage : une façon de mettre en relation ces personnages avec leur ami et auteur, afin que le cercle soit au complet.

Au crayon, au fusain, à l’aquarelle ou en photo, les différentes séries réalisées permettent d’analyser l’évolution du coup de crayon et du style de David Hockney, de 1950 à aujourd’hui. Un œil averti y remarquera également ses différentes influences (de Matisse à Picasso).

Ces 195 pages d’images et d’anecdotes, m’ont permises de patienter jusqu’à la réouverture des musées 🎨


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *