DOCUMENT

Histoire de la violence

Auteur : Edouard Louis

★★☆


Le soir du 24 décembre 2012, Édouard Louis décide de garer son vélo un peu plus loin que d’habitude.

Il revient d’un dîner chez Geoffroy et Didier et est un peu éméché. Il a besoin de marcher pour éliminer l’alcool bu, une bouteille de vin ou deux, il ne sait plus. 400 m le séparent de chez lui.

Il est tard, la place en travaux est boueuse. Édouard marche d’un pas vif dans le froid hivernal de cette nuit de réveillon. Il tient fermement à la main les livres offerts par Didier. Il a hâte de les lire.

400 m c’est peu et beaucoup à la fois.
400 m c’est la distance qu’il a suffit pour qu’apparaisse Reda, l’homme qui va contrarier ses rêveries et avec lequel la nuit va lentement tourner au cauchemar.


« Pourquoi est-ce qu’on impose aux perdants de l’Histoire d’en être les témoins – comme si être perdant n’était pas suffisant, pourquoi est-ce que les perdants doivent en plus porter le témoignage de la perte, pourquoi est-ce qu’ils doivent en plus répéter la perte jusqu’à l’épuisement […]. »


Édouard Louis nous livre ici, encore une fois, un récit autobiographique. Il raconte de manière froide et clinique son viol et les événements qui ont suivi.

Le récit est porté par deux voix : celle de Clara, la soeur d’Édouard, qui rapporte l’incident à son mari et celle de l’auteur qui, caché derrière la porte, écoute le récit de sa soeur et rectifie, corrige et approfondit ce qui est dit.

Édouard Louis, à travers ce récit post – traumatique, essaye de comprendre ce qui s’est passé cette nuit – là en analysant, à la fois, son histoire personnelle et celle supposée de Reda.
 
Mon avis sur ce livre n’est ni favorable, ni défavorable. Les phrases trop longues et le récit rapporté de manière trop froide n’ont pas réussi à totalement m’embarquer. Toutefois, j’envisage de lire un autre des romans de l’auteur avant de m’en faire un avis définitif car je trouve le processus social engagé dans ses oeuvres très intéressant !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *