AUTOBIOGRAPHIE

La tendresse du crawl

Auteur : Colombe Schneck

★★★


C’est le récit d’un amour aussi intense qu’il est éphémère.

Colombe et Gabriel se sont connus adolescents. Ils se retrouvent trente-cinq ans plus tard. Tombent amoureux l’un de l’autre.

Ils s’aimeront pendant neuf mois. D’un amour heureux. Ce sont leurs blessures intérieures et leurs craintes qui les conduiront à la rupture.


« Il affirmait que s’il n’avait pas de doute sur l’amour qu’il ressentait, j’étais comme il me le répétait « la femme de sa vie », il ne pouvait rien m’assurer, que l’amour entre un homme et une femme, contrairement à l’amour pour un enfant ou un parent, n’était pas indéfectible. »


Colombe Schneck livre ici une intime réflexion sur l’amour à deux. Le bonheur d’aimer et celui d’être aimé en retour.

C’est avec une plume sensible et mélancolique qu’elle se replonge dans ces neuf mois de bonheur. Et, dans ses guerres intérieures.

Elle qui, tout au long de cette histoire, a été partagée entre l’envie d’aimer pleinement et la terreur de s’abandonner à cet amour. Elle qui a eu peur. Peur d’être quittée. Peur d’être abandonnée par l’homme qu’elle aime.


«Je devais m’habituer à l’incertitude de notre amour.»


Si l’histoire d’amour n’a pas duré, elle n’en reste pas moins heureuse pour l’auteure qui aura appris à s’aimer. A aimer son corps redécouvert.


« Il me répond, l’amour n’est pas un lingot d’or, il naît, vit, mue ou meurt. Mais, contrairement à nous, il peut se réincarner. »


Colombe Schneck a cet art de rendre universel une expérience personnelle. Elle sait capturer les mots justes pour décrire le bouleversement amoureux: ses sentiments, émotions, peurs et incertitudes.

Elle nous apprend que dans chaque histoire d’amour, nous perdons un peu de soi et prenons un peu de l’autre. Que l’amour heureux est possible même si l’histoire se termine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *