FICTION LITTERAIRE

L’éternel printemps

Auteur : Marc Pautrel

★★☆


Elle est plus âgée que lui.
Belle. Intelligente. Solitaire. Libraire.
Il est plus jeune qu’elle.
Érudit. Auteur. Connu.
Au premier abord, elle ne lui plaît pas.
Au premier abord seulement.

Un jour, il passe la voir à sa librairie.
Elle veut tout savoir de lui.
Il répond aux questions qu’elle lui pose.
Elle se livre peu. Sur elle. Sur son passé.
Il perce, par petites touches, ses secrets. Ses failles. Ses blessures.
Elle se laisse approcher. Tout en gardant ses distances.
Il découvre une personne solaire.
Une personne mélancolique aussi.
Elle comprend qu’il est amoureux.
Il comprend aussi qu’il est amoureux.
Amoureux d’un amour platonique.
Amoureux d’un amour impossible.
Rendu impossible par elle. Ses peurs. Son renoncement. Son incapacité d’aimer.


« Elle veut me dire que plus je serai proche, plus elle restera loin, et plus ce sera délicieux, tant pour elle que pour moi. »


J’aime la plume légère, douce et ronde de Marc Pautrel. J’aime la manière dont il nous raconte ses histoires. Des histoires de vie. Comme Delphine de Vigan, on se demande ici aussi qu’elle est la part de vérité dans ses récits. Et j’aime ne pas avoir de réponse à ma question. J’aime pouvoir me dire que l’auteur nous livre un petit bout de lui. J’aime aussi pouvoir me dire que son style est si bien maîtrisé que la fiction passe pour de la réalité.


🤓 Minute « Culture G » 🤓

L’éternel printemps est une sculpture de Rodin. Elle représente un couple échangeant un baiser. Certains disent qu’il s’agirait de Rodin et Claudel. 14 ans les séparaient. Rodin était le plus âgé des 2.
Pour ma part, et après la lecture de ce livre, j’aime m’imaginer l’auteur et la libraire échangeant ce baiser. 20 ans les séparent. La libraire est la plus âgée des 2.


1 thought on “L’éternel printemps”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *