AUTOBIOGRAPHIE

Lettres à Guillaume Apollinaire & Lettres à Lou

Auteurs : Louise de Coligny-Châtillon & Guillaume Apollinaire

★★★


« Vous ayant dit ce matin que je vous aimais, ma voisine d’hier soir, j’éprouve maintenant moins de gêne à vous l’écrire. »
Lettres à Lou – Guillaume Apollinaire


Nous sommes en septembre 1914. A Nice. Au début de la Grande Guerre.
Whilhelm Apollinaire de Kostrowitzky y est pour s’engager dans l’armée. Pour être naturalisé.
Lui qui souhaite être Français.
Etre pleinement, Guillaume Apollinaire.

Lors d’une soirée chez un ami militaire, il rencontre Geneviève Marguerite Marie-Louise de Pillot de Coligny-Châtillon.
Pour lui, elle sera Lou. Sa muse.
C’est une jeune femme ravissante. Divorcée. Libre. Qui fait fi des conventions.
 
Elle le fascine. Il en tombe immédiatement amoureux.
 
L’alchimie est instantanée. L’aventure immédiate. Passionnée. Violente. Et brève.
Ils se sont aimés follement. Intensément. Avec un assouvissement inachevé.


« Mon petit amour chéri, je suis rentrée affreusement triste hier soir après avoir regardé ton train aussi longtemps que j’ai pu le voir … et je sais bien mon Gui à moi que tu as eu le même atroce déchirement … »
Lettres à Guillaume Apollinaire – Lou


Lui engagé, elle batifolant vers d’autres  ailleurs, ils ont pris la plume pour poursuivre leur amour. Le coucher sur papier. Avant de mieux se retrouver.

Ils se sont écrits.
D’abord beaucoup. Surtout lui.
Puis encore beaucoup. Surtout elle.
Et, enfin, plus du tout.

Ces deux livres sont une partie de leur correspondance.
De elle à lui.
De lui à elle.


« Mon Lou je vous aime chaque jour mille fois davantage que la veille.
Je suis revenu triste de vous avoir quittée si jolie et si gracieuse dans la nuit. »

Lettres à Lou – Guillaume Apollinaire


J’ai eu entre les mains des déclarations d’amour plus que des lettres.
Certaines passionnées. D’autres pressantes. D’autres encore hésitantes. Et désillusionnées aussi.

Ces lettres sont le témoignage de l’amour en « étoile filante » entre Lou et Guillaume Apollinaire.
Un amour qui vous tombe dessus. Fulgurant. Sublime. Bref.
 
Leur lecture nous happe. Elle nous transporte. Il devient difficile de décoller son nez du livre.
 
Selon moi, il est essentiel de lire ces deux livres en parallèle. Cela participe à une meilleure compréhension de la lecture des lettres de chacun. De mieux comprendre leurs sentiments au même instant. Et leur évolution aussi.
 

N.B : Il est dit que c’est Lou qui brisa le cœur d’Apollinaire. Après lecture de ces deux ouvrages, je peux dire que cette conclusion est trop simple. Or, rien n’est jamais simple en amour.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *