FICTION LITTERAIRE

Sept gingembres

Auteur : Christophe Perruchas

★★★


Il est quelques fois des livres difficiles à lire. Et, difficile à raconter.

Le sujet abordé est parfois douloureux. Peut-être personnel. Toujours délicat.

« Sept gingembres » fait partie de ces livres.

Le sujet traité est complètement d’actualité.

On y parle de zone grise ; de consentement ; de prédation ; d’harcèlement sexuel et de viol.

Bien que ces thèmes aient déjà été abordés dans certains livres de ces deux dernières rentrée littéraire, cette fois, c’est différent.

C’est un homme qui raconte, qui nous offre son point de vue.

Oui, c’est lui. Le « prédateur sexuel des temps modernes ».

Et, c’est ce qui rend cette lecture ô combien instructive et nécessaire.

« Sept gingembres », c’est l’histoire d’Antoine S.

Quadra dans l’air du temps et publicitaire « successful ».

Papa gaga et époux amoureux.

Manageur toxique et pervers narcissique.

Harceleur sexuel et violeur.

Pour lui, les femmes ne sont que des objets de désir. De son désir.

Des proies mises à disposition dont il se sert quand il veut comme il veut.

On le suit dans ses moments de vie.

Instantané après instantané.

On en apprend plus sur lui. Sur sa psychologie.

Sa façon d’appréhender le monde. Les autres. Les femmes.

Une plainte pour viol – avéré – sera déposée contre lui.

Et, il ne comprend pas. Ou fait semblant de ne pas comprendre.

Pour lui, son attitude et comportement ne sont que « lourdeur », « sales blagues », « erreurs » et « maladresses ».

Rien de plus. Rien de moins.

S’il se comporte comme cela, c’est parce que « le politiquement correct [le] fait chier ».

J’ai trouvé ce roman très intéressant par le prisme choisi.

La psychologie du personnage principal et narrateur est parfaitement aboutie.

Christophe Perruchas excelle dans le nécessaire dérangeant.

C’est un premier roman réussi !

P.S : Pour la petite histoire, l’auteur est un ancien publicitaire 😉